Accueil  >  Dance And Pain  >  une méthode pour sortir de la douleur 

En dehors même des maladies graves, la santé n’est jamais parfaite, comme l’exprime cette plaisante définition d’un humoriste : la santé c’est avoir mal tous les jours mais à un endroit différent, version plus pessimiste, ou plus réaliste, de la santé comme « silence des organes » du chirurgien René Leriche. Le silence n’est jamais total au sein des organes et s’il semble l’être, ce n’est que provisoirement. Lorsqu’il est tellement silencieux qu’on a pu l’oublier, le corps revient et impose sa présence dans le désagrément de la fatigue, de la faim, plus encore dans la souffrance véritable, ou simplement quand il résiste à la volonté : le désir de continuer une lecture entravé par le picotement des yeux, celui de marcher ou courir plus loin empêché par la douleur musculaire ou l’essoufflement… Dans le plaisir, le corps et l’esprit ne font plus qu’un. Le dualisme reprend ses droits quand la souffrance et la maladie surgissent, brandissant le corps comme un ennemi de la volonté et comme ce qui échappe à notre pouvoir et que l’on veut reconquérir.